Cette nouvelle semaine, apparemment haute en couleur, ouvre le bal de notre rubrique « FLASH INTRADAY ».

En effet, selon les humeurs du marché, il les nôtres, nous ferons de temps à autres des papiers à destination de nos amis days-traders afin de leur permettre de jouer des mouvements qui nous sembleront intéressants.

Aussi, vous comprendrez que la priorité, dans ces cas là, étant à la réactivité, ces papiers seront moins longs mais tout aussi denses, évidemment.

Aujourd’hui, c’est la valeur PPR qui a su retenir notre attention.

Pourquoi ?

C’est ce que nous allons voir ensemble de ce pas…

 

La fin d’une importante vague de hausse ? 

Source : www.traderforce.com

En observant le graphique ci-dessus, pris en base 120 minutes depuis le point bas de mi-mars dernier, on a très sérieusement envie de croire que c’est la fin d’une première forte jambe de hausse. Et ce, pour plusieurs raisons techniques :

  • Du côté du graphique lui-même, on observe en effet un assez net ralentissement, plus important que les précédents, quasi inexistants d’ailleurs, à l’exception de celui du 4-5 mai que l’on doit donc plutôt considérer comme un premier avertissement qui serait en train d’être confirmé.
  • Du côté des indicateurs, un RSI qui plaide très largement en faveur de ce scénario : franc passage en territoire négatif, pas encore en zone de survente, et validation d’une divergence baissière apparue début au début du mois.

Quels sont les niveaux à considérer ?

Dans cette hypothèse baissière, les objectifs de supports ne peuvent être calculés que par des ratios de Fibonacci. Or, la première forte cible se trouvera sur le fameux ratio de retracement de 38,2% de la vague de hausse précédente, soit sur les 114,30 € précisément. Par la suite, une extension éventuelle et somme toute probable de la consolidation conduirait au prochain ratio de 50%, soit sur les 111,20 €.

Ce scénario négatif restera valable tant que la résistance clé des 123 € n’est pas franchement dépassée. Alternativement en revanche, le passage au-dessus de cette barrière entraînera un nouveau test de la zone de résistance majeure située sur le palier des 129 € – zone qui avait à plusieurs reprises contenu les pressions acheteuses en décembre 2010.

 

Pourquoi donc avoir choisi PPR plutôt qu’une autre valeur ?

 

Certes, dans un contexte de consolidation globale, on peut penser avoir l’embarras du choix parmi les valeurs du CAC. Or, la pertinence consiste ici à sélectionner les valeurs qui présentent le meilleur potentiel correctif. Pour ce faire, il faut regarder celles qui accusent la plus franche vague de hausse possible, tout en manifestant malgré tout des signes de faiblesse importants.

Ce scanning faisait donc apparaître plusieurs candidats : outre PPR, donc, Alcatel-Lucent, Essilor, Sanofi-Aventis et, à un degré légèrement inférieur, Danone. Nous avons éliminé Sanofi-Aventis pour cause de dividende et Alcatel-Lucent à cause de la trop forte volatilité sur le titre. Comme indiqué, Danone était légèrement moins avancé. Restait donc Essilor ou PPR. C’est le RSI qui a alors tranché.

 

Comment donc profiter au mieux d’un tel mouvement ?

 

Les moyens sont, vous le savez désormais, multiples.

Libre à chacun de se positionner (ou non) sur l’action elle-même.

Pour ma part, et vous le savez sans doute, c’est via un produit réactif et très pertinent en termes d’analyse technique que je choisis de jouer un tel mouvement ; ce produit n’est autre que le turbo, et je vous invite encore à consulter notre offre clé en main en la matière.

A bon entendeur…

Marc Dagher