Une fois par mois environ, nous vous proposons désormais une analyse sectorielle.

Aussi, permettez-moi en préambule à ce nouvel article de faire un petit retour sur l’analyse d’il y a deux mois sur le secteur très populaire des banques. Vous constaterez alors avec quelle précision nous avions réussi à anticiper le scénario qui se déroule à merveille depuis.La preuve en cliquant ici.

Aujourd’hui, nouvel article, nouveau virage : nous passons dans le domaine de l’alimentaire (littéralement le secteur « Food & Beverage » se traduit par « Nourriture & Boissons »). Secteur qui a manifestement le vent en poupe depuis quelques temps, mais qui pourrait bien passer par une période plus difficile très prochainement.

En effet, c’est à la faveur d’une large phase corrective que nous jouons notre scénario pessimiste à court terme sur ce secteur, comme vous allez pouvoir le constater…

Un graphique de long terme assez parlant


Source : www.traderforce.com

Comme on peut le voir sur le graphique ci-dessus, les cours sont, depuis mars 2009, dans une nouvelle forte vague de hausse mais semblent, depuis environ avril 2010, accuser un essoufflement qui prend place sous forme de wedge (ou « biseau » en VF).

Par ailleurs, depuis mars 2003, on pourrait s’attendre à une forme de très large canal (dessiné ici pour vous) dont la borne supérieure serait désormais en ligne de mire.

Enfin, l’hypothèse d’un double top en formation serait, elle, encore plus forte et pessimiste, puisqu’elle impliquerait alors un retournement immédiat, comme on peut le voir ci-dessus avec des cours actuels proches du dernier sommet de janvier 2008.

D’abord, l’état des lieux technique

Côté indicateurs, un RSI qui, s’il reste pour le moment en territoire positif et ce depuis le début de la hausse en question, commence cependant à dessiner une divergence baissière qui pourrait bien finir par être validée prochainement.

Côté cours, comme nous l’avons vu précédemment, nous sommes de plus en plus proche d’une forte zone de résistance située entre les niveaux clés des 345 point (soit le plus-haut de janvier 2008) et les 370 points (soit la borne supérieure du large canal). Aussi, la formation d’un wedge reste également un fort signal de retournement probable. De nombreux éléments qui, donc, plaident pour notre scénario correctif.

Ensuite, notre pronostic

Dans le cas où notre hypothèse baissière s’avère correcte, voici donc les niveaux à prendre en compte très scrupuleusement pour déterminer, par la suite, une bonne stratégie à adopter : tant que le seuil de résistance clé des 370 points n’est pas nettement dépassé, un retour vers le support de retracement classique de Fibonacci de 50% de toute la vague de hausse est envisageable autour des 250 points.

Ce scénario restera à confirmer cependant en enfonçant le seuil de soutien intermédiaire situé sur les 285 points (soit le premier retracement de Fibonacci de 23,6% de la même jambe de hausse).

Alternativement cependant, le net dépassement des 370 points conduirait à une poursuite finalement bien plus conséquente de la tendance haussière de fond immédiate, avec des objectifs tels qu’il nous faudra alors réactualiser cette analyse !

Enfin, que faire en termes de stratégie ?

Dans un premier temps, garder un œil sur deux de nos valeurs nationales qui composent dignement cet indice, à savoir le groupe Danone et son comparse Pernod Ricard. Puis, ne pas hésiter à s’engager sur l’un ou l’autre (voire même les deux) de ces deux titres en jouant la baisse attendue.

Aussi, il existe aujourd’hui des façons très simples et pertinentes de jouer la baisse de ce type de valeur en se positionnant habilement sur des turbos Put adaptés. C’est ce que je me plais à faire au sein de mon service DT Turbo que je vous invite une nouvelle fois à découvrir en cliquant ici.

A bon entendeur…

Marc Dagher