Eh bien, eh bien, eh bien…

Voilà qui secoue comme il faut, non ?

En préambule et sans sarcasmes aucuns, j’espère que très peu d’entre vous étiez, d’une manière ou d’une autre, acheteurs sur ces marchés tumultueux.

Pour ma part, j’avoue m’en être cette fois fort bien sorti, mais là n’est pas le sujet de ce nouveau billet, non.

Le sujet de ce nouveau billet sera donc :

– d’essayer de savoir où est-ce qu’on en est désormais ?

– d’envisager l’hypothèse possible d’un nouveau krach en formation ?

– de mettre à jour les niveaux de support qui pourraient encore éventuellement sauver la situation ?

– de montrer comment on peut très profitablement bénéficier d’une telle chute ?

Vous me connaissez sans doute déjà suffisamment pour savoir que je ne vais pas m’épancher des heures sur la très marquante et violente chute actuelle : d’abord, parce que je ne vous apprendrai rien ; ensuite, parce là encore, d’autres le feront mieux que moi. Alors, le souci de la Dette, le clivage entre réalité économique et réalité financière, la prochaine bulle à venir… tout ça, je le laisse à mes confrères ou autres collègues.

Pour ma part, le plus froidement et pragmatiquement possible, je vais faire un état des lieux et envisager la suite possible des événements.

 

Où est-ce qu’on en est désormais ?

 

Inutile de commencer par un énième plaidoyer pour l’analyse technique, je pars encore du principe que ceux qui me lisent s’intéressent d’une manière ou d’une autre à cette discipline, je les en félicite et les remercie au passage.

Aussi, lorsqu’on se trouve en face d’un tel contexte (à savoir une chute intense et continue, sans relâche) on est alors décemment obligés de décaler sa vision sur du long, voire du très long terme. On essaye ainsi de savoir où est-ce qu’on peut en être sur de grands mouvements, on regarde quelle est la physionomie de la baisse actuelle, et, enfin, on tente de trouver les prochains supports qui pourraient tenter de stopper l’hémorragie. Tenter, oui… Là est toute la nuance, et tout le problème.

En effet, je dois vous avouer que, si je dois m’arrêter à des critères techniques, je ne peux en aucun cas conserver un optimisme quelconque quant à la possibilité d’un retournement imminent, ni même peut-être d’un rebond digne de ce nom.

L’étude de mes graphiques au cas par cas, indice après indice, me laisse en effet légitimement perplexe. Et même si certains ont encore des soutiens à proximité, la plupart ont enfoncé tous leurs supports, et présentent désormais une configuration quasi alarmante.

Mais je vais m’attarder sur ce point ci-après…

 

Hypothèse possible d’un nouveau krach ?

 

Tenez-vous le pour dit : les prochaines semaines (voire les prochains jours) vont nous dire si, oui ou non, c’est un nouveau krach que nous serions en train de vivre ?

Cette hypothèse est d’autant plus réaliste que le dessous des cartes de l’économie actuelle n’est pas rose, loin de là…

Quoiqu’il en soit, des indices qui dévissent de plus de 10% en une semaine à peine, ce n’est pas très bon signe pour la suite des événements.

Pour ma part, je verrais bien ce phénomène comme une purge sans doute nécessaire, et, le seul « avantage » que les investisseurs pourraient en tirer serait de se dire que, finalement, on le constate depuis une bonne décennie sur les marchés, on descend bien plus vite qu’on ne monte, et qu’une nouvelle crise pourrait enfin nous amener à assainir tout ça et retrouver de véritables marchés haussiers, comme on les aime tous : d’abord et surtout parce qu’ils sont souvent synonymes d’économie saine et porteuse, ensuite parce qu’ils sont faciles et agréables à gérer !

 

Y a-t-il encore des niveaux de support suffisamment cohérents ?

 

Je vous le disais un peu plus haut, si certains indices n’ont pas encore enfoncé toutes leurs barrières de soutien, d’autres se trouvent désormais quasiment sans filet, en proie donc à une véritable dégringolade sans appel !

Parmi les différents niveaux de support encore envisageable, et parce que les projections sont désormais inutiles ou fastidieuses, nous avons trois grandes catégories :

  1. Les overlaps
  2. Les précédents plus-bas
  3. Les ratios de retracement de Fibonacci
  1. Concernant les derniers overlaps, seuls le Nasdaq en est encore loin, tandis que le Dax et le Dow Jones en sont très proches. Tous les autres indices majeurs les ont enfoncés, voire parfois même totalement enfoncés.
  2. Concernant les précédents plus-bas, l’Eurostoxx, le FTSE et le MIB les ont déjà enfoncés. Le Cac, l’AEX, l’Ibex et le Nasdaq en sont proches. Les autres indices peuvent encore compter dessus, mais la faiblesse de cette hypothèse semble assez flagrante.
  3. Concernant enfin les ratios de Fibonacci de retracement du rebond globalement initié en mars 2009, c’est assez aléatoire : certains en sont encore loin (Dax, FTSE, et le trio américain), d’autres sont entre les 50% et le fameux 61,8% (Eurostoxx, Cac et AEX), tandis que d’autres enfin ont même enfoncé les 61,8% de retracement (MIB et Ibex) ou sont en train de les tester (SMI).

Autant vous dire que le panorama n’est pas très glorieux, et qu’à part essayer de faiblement s’accrocher aux branches, il ne reste que très peu d’espoir à court terme.

 

Comment peut-on très profitablement bénéficier d’une telle chute ?

 

Tout simplement, en se positionnant le plus intelligemment possible sur les turbos Put les plus judicieusement sélectionnés ! Après avoir donc récemment sorti un turbo Put Publicis avec plus de 70% de gain réalisé, j’ai en ce moment même un portefeuille d’une petite dizaine de lignes dont la « moins » performante est tout de même au-dessus des 25% de gain ! Rien ne vous empêche de profiter de mes conseils et de dynamiser intelligemment votre portefeuille par ces temps difficiles pour les cours mais finalement faciles pour celui qui sait jouer la baisse. N’hésitez donc pas à vous renseigner et nous rejoindre en cliquant ici.

A bon entendeur…

Marc Dagher