C’est une question que j’entends souvent autour de moi, ou qu’on me pose directement.

Et c’est une question qui me semble tout à fait pertinente aujourd’hui.

Pourquoi ?

Simplement parce que l’or est une valeur refuge, et que la correction actuelle appelle à se poser des questions ?

Evidemment, non.

C’est plus subtil que ça…

Avant de développer, j’ouvre ici une petite parenthèse : vous avez sans doute remarqué à travers la télévision notamment, le nombre de sociétés qui vous proposent de vous racheter votre or, sous toutes ses formes ? Bijoux, pièces, vaissellerie, etc. Et vous êtes-vous alors demandé pourquoi cette nouvelle mode ? En tout cas des gens quelque part pensent que l’or a encore un bel avenir et, d’une certaine façon, c’est du trading qu’ils vous proposent là. A chacun d’en déduire ce qu’il voudra. Pour l’heure, je ferme cette petite parenthèse et je retourne à mon analyse.

La véritable question est donc maintenant de savoir si l’or peut, encore une énième fois rebondir et repartir vers de nouveaux records historiques, ou bien si un retournement baissier de plus long terme serait finalement en train de prendre place ?

Vous le comprendrez en jetant un œil sur mon graphique ci-dessous, j’opte très nettement pour la première hypothèse. Et vous le comprendrez également, la seule question que je me pose donc est sur la capacité de rebondir immédiatement ou, plus vraisemblablement, après une dernière petite jambe de baisse ?

Un graphique paradoxal !

Nous le savons, les cours de l’or ne cessent de s’apprécier de façon fulgurante depuis les années 2000, moment où, en parallèle, le marché des indices/actions a entamé sa longue et pénible phase de consolidation de long terme.

La phase corrective entamée début septembre dernier s’est finalement poursuivie ces derniers jours. Comme indiqué plus haut et sur notre graphique, la question est donc de savoir si cette phase de consolidation peut être déjà terminée, ou si une dernière jambe de baisse peut avoir lieu et permettre de trouver un point d’entrée optimal ?

Nous allons donc maintenant observer les points techniques qui plaident pour l’une ou l’autre des hypothèses, donner les niveaux repères à considérer pour intervenir et suggérer des stratégies d’investissement intelligentes selon chaque cas de figure et nos niveaux de validation/d’invalidation.

  1. Les facteurs qui plaident pour la hausse immédiate (en pointillés sur le graphe)· Tout d’abord, et on le voit sur le segment horizontal pointillé en noir, un très fort niveau d’overlap qui vient d’être testé autour des 1 565 $ l’once. Ce niveau correspond en effet aux sommets du 02 mai et du 22 juin derniers, ainsi qu’aux creux du 26 septembre et d’avant-hier.
    · Ensuite, du côté des indicateurs journaliers, on voit que le RSI est en plein test de sa zone de survente à 30% et que cette zone a, par le passé, souvent généré une reprise haussière sur les cours du métal précieux.
    · Enfin, on attend clairement une figure corrective classique en ABC depuis le sommet de début septembre. Or, si on considère que la fin de la vague B a eu lieu plutôt début décembre en avortement, on doit considérer que la vague C est aujourd’hui logiquement terminée.
  2. Les facteurs qui plaident pour une ultime vague de baisse (en gras sur le graphe)· D’abord et surtout, le passage, aussi léger soit-il sous la très forte oblique de support ascendante en place depuis début 2009.
    · Ensuite, le décompte le plus propre de la phase corrective en ABC initiée début septembre indique que la vague B devrait être terminée depuis début novembre, ce qui implique qu’il manque une dernière petite vague de baisse au sein de la vague C en cours actuellement.
    · Enfin, une projection traditionnelle de 100% de la vague A donne un objectif de support qui pourrait aller jusqu’aux 1 430 $ en théorie. Soit encore plus bas que notre objectif raisonnable des 1 485 $ l’once.

Quels sont donc les niveaux à surveiller ?

Pour l’heure, l’or entame un léger rebond technique. Idéalement, c’est après un pullback sur l’ancienne oblique de support autour des 1 615 $ qu’on devrait voir l’ultime jambe de baisse prendre place. Maintenant, le rebond peut se prolonger mais pour maintenir notre scénario valable il ne doit pas dépasser l’overlap des 1 670 $.

Ainsi, pour notre scénario privilégié : tant que les 1 670 $ max ne sont pas dépassé, on attend un retour vers les 1 485 $ et jusqu’à 1 430 $ max. Par la suite, une reprise haussière devrait avoir lieu avec, après le dépassement de la forte résistance intermédiaire située sur le seuil des 1 700 $, un nouveau test des précédents plus-hauts autour de 1 910 $. (Nous aurons le temps de revenir vers vous d’ici là pour donner les prochains objectifs de hausse).

Par ailleurs, pour notre scénario secondaire, le palier des 1 565 $ doit contenir les pressions vendeuses et le passage au-dessus des 1 670 $ impliquerait un retour comme cité dans le paragraphe précédent.

Alternativement cependant, le passage sous les 1 430 $ remettrait totalement en cause notre scénario optimiste et une correction bien plus importante devrait alors prendre place avec un premier objectif sur le seuil des 1 315 $.

Stratégiquement, comment faire ?

De très nombreux moyens sont mis à dispositions des investisseurs qui désirent profiter des fluctuations des cours de l’or : mandats, certificats, warrants, CFD, etc.

Pour ma part, et vous le savez sans aucun doute, je travaille via des turbos et l’or reste l’un des sous-jacents les plus en vogue sur ce type de produit : tous les émetteurs en ont et on trouve ainsi des barrières tous les 20 $, ce qui donne une palette de choix en effets de levier extrêmement intéressante.

Voici d’ailleurs à ce sujet le tableau de performance de notre nouvelle formule upgrade 1 spéciale « Matières Premières et Devises » qui, comme vous le constaterez, s’annonce pour le moment plutôt très bien partie :

Aussi, si vous souhaitez profiter de nos recommandations sur l’or (entre autres sous-jacents) et bénéficier vous aussi d’un effet de levier intéressant, n’hésitez pas à lire notre brochure détaillée afin de bien vous renseigner (notamment sur les risques encourus) et, qui sait par la suite, à nous rejoindre en cliquant ici.

A bon entendeur…

Marc Dagher