Avant toute chose, en préambule à cet article et comme l’année dernière déjà, permettez-moi de vous souhaiter à tous une excellente nouvelle Année. Qu’elle vous amène paix et sérénité dans votre vie en général, et prospérité dans votre portefeuille en particulier. L’occasion pour moi de vous remercier également car cette année aura vu la naissance et le début du succès de Dagher Trading. Nous espérons donc continuer de vous satisfaire et que 2012 soit meilleur encore que 2011 !

Entrons maintenant dans le vif du sujet en commençant, une fois n’est pas coutume, par un petit satisfecit. En effet, alors que, comme le rappelait fort justement mon confrère Joseph Pietri dans son dernier billet, les plus grands pôles d’analystes voyaient, fin 2010, le CAC 40 clôturer l’année 2011 en moyenne  autour des 4172 points (avec un plus bas pour IG Markets à 3700 points). Disons donc, avec une pointe de sarcasme, qu’ils avaient raison… à 1000 points près !

J’avais moi-même sacrifié à la tradition en osant également me mouiller dans cet exercice que d’aucuns qualifient légitimement de périlleux. Mais, la plupart d’entre vous me connaissent déjà – « me connaître » n’impliquant pas « m’apprécier » – et j’ai toujours trouvé ça fort ridicule de faire se métier en trouvant ça risqué de se mouiller : à quoi bon sinon ? N’ayez crainte, j’ai parmi mes bonnes résolutions de savoir mettre de l’eau dans mon vin, mais pas au point de le noyer totalement pour autant !

Bref.

Plutôt que de m’épancher davantage sur ce sujet, je vous laisse constater de  vous-même que nous étions bien plus proches de la réalité avec un premier objectif sur le CAC autour des 3200 points (soit à peine 40 points d’écart avec le verdict) et un biais très nettement baissier que nous allons hélas maintenir pour cette nouvelle année. Preuve à l’appui en retrouvant notre analyse de début 2011 en cliquant ici.

Avant de passer à la partie que j’affectionne particulièrement et qui reste ma spécialité (à savoir l’étude du graphe) voici un préambule qui, une fois encore, me semble intéressant : tout d’abord, en cette nouvelle année qui sera chez nous marquée par une élection présidentielle, comment ne pas essayer de tirer les leçons de l’année qui vient de s’achever ? Tout d’abord, les vœux de notre président ne sont pas sans rappeler étrangement ceux de l’année passée : inquiétant ? En tout cas, pas très rassurant. Cette fameuse Crise financière ne semble en effet toujours pas résolue, loin s’en faut ! Et les méandres et antagonismes sont toujours là : la Dette souveraine règne (sans mauvais jeu de mots), l’Euro pose problème mais la dissolution de l’Euro poserait davantage de problèmes encore, le chômage continue de grimper et de gronder, la « croissance » n’en est bientôt presque plus une… Autrement dit, rien de très rose à l’horizon. De là à crier gare à l’apocalypse, il y a un pas que je ne saurais franchir : en effet, je suis de ceux qui pensent que, si les réalités sont peu encourageantes, la véritable catastrophe n’est pas encore à notre porte. Tout va dépendre maintenant de l’intelligence et de la capacité à réagir de nos dirigeants. Certes, je n’apprends rien de très neuf, mais c’est pourtant la stricte vérité : à quel degré l’intérêt général pourra-t-il outrepasser l’intérêt particulier ? Feu Shakespeare aurait volontiers ajouté : « that is the question » !

Et maintenant, mesdames et messieurs, après le poids des mots, place au choc des photos…

 

Un biais technique toujours baissier !

Alors, que voit-on toujours de très intéressant sur ce graphique et, cette fois, qu’est-ce qui a changé depuis notre précédente analyse annuelle ?

Pour répondre d’abord à cette seconde question, on constate la pertinence de notre point de vue de début 2011 puisque la seule chose qui a changé est le démarrage de la première forte vague de baisse que nous anticipions. Forte vague qui a vu notre indice national atteindre le seuil des 2700 points en septembre dernier avant d’entrer dans une phase de rebond complexe qu’on voit ici très clairement sur le graphique mensuel. C’est donc au cœur de ce rebond que nous nous trouvons actuellement, et que nous allons mettre à jour notre analyse de long terme en nous mouillant à nouveau sur l’année à venir qui, selon nous et comme l’indique notre titre, ne sera pas celle du salut !

Pour répondre maintenant à la première question, rien de tel que regarder ce graphique et d’en décortiquer ensemble les éléments clefs qui plaident donc pour notre scénario négatif – éléments quasi inchangés depuis notre dernière analyse :

  • Tout d’abord, l’oblique de soutien ascendante initiée sur les points bas de janvier 1992 et octobre 1995 a soutenu le marché sur l’autre creux de mars 2003. Certes, elle a été nettement enfoncée en mars 2009, mais elle joue, depuis fin mai dernier à nouveau son rôle de support en semi pullback, le véritable pullback étant en effet situé sur la partie résistance sous pression actuellement. Résistance qui, nous le verrons ci-dessous, fait aujourd’hui office de point pivot de notre analyse autour des 3640 points.

  • Ensuite, le deuxième élément clef se trouve du côté des indicateurs techniques et plus particulièrement du RSI hebdomadaire qui continue de buter sur sa zone de neutralité à 50% : élément d’autant plus intéressant que le back-testing nous montre à quel point cette zone de neutralité est efficace au sujet des tendances de fond pour l’évolution de l’indice phare de la place parisienne.

  • Enfin, le troisième et dernier élément clef réside dans la configuration même du graphique sur le long terme. En effet, il y a techniquement fort peu de chance pour que la forte baisse entre les mois de février et septembre derniers puisse n’être « que » la correction de l’important rebond de mars 2009 à avril 2010. Ainsi, il paraît plus propre de considérer que la phase de mars 2009 à février 2011 n’était qu’un répit au sein du grand retournement de l’été 2007. Aussi conséquent ce répit fut-il.

 

Petit rafraîchissement de mémoire

Maintenant cette analyse faite, je vous rappelle les éléments suivants dont je vous parlais déjà dans mon précédent billet sur le CAC et qui restent valables aujourd’hui :

 

  • Il n’y a techniquement plus grand-chose, sinon rien, qui puisse désormais empêcher la chute du CAC vers la forte première zone de soutien située autour des 2470 points (2500-2400).

  • Cette zone pourrait (mais ce n’est même pas sûr encore) généré un nouveau rebond, étant donné que bon nombre d’investisseurs vont sans doute miser sur ce qu’on appelle le fameux « triple bottom » (à savoir un troisième point d’arrêt autour de la même zone) mais je resterais malgré tout prudent quant à cette hypothèse, car il se pourrait que l’intensité de la chute soit telle qu’elle emporte tout sur son passage.

  • Par la suite, ceux qui me suivent depuis longtemps connaissent mon fort objectif de long terme (enfin, qui était de long terme lorsque j’en parlais en 2008) situé sur l’overlap de mai 1990 autour des 2130 points. Toutefois, et au risque de paraître catastrophiste, il faut savoir que l’objectif de projection théorique se situe, lui, encore plus bas, autour des 1700 points !

Evidemment, je reviendrai vers vous d’ici là.

 

Pronostic et niveaux à surveiller

Vous l’aurez bien compris avec mon analyse détaillée et mon graphique ci-dessus, je reste nettement baissier sur notre indice national. Aussi, pour le CAC, tant que notre point pivot situé sur les 3640 points n’est pas nettement dépassé, un retour sur la zone de support clé située autour des 2470 points reste fort à craindre dans un premier temps. A confirmer toutefois en enfonçant le premier support clé situé sur les 2700 points (soit notamment les plus-bas de septembre dernier). Sous ce niveau, nous serons dans ma première zone de soutien située entre les fameux 2470 et 2130 points.

Alternativement cependant, le dépassement des 3640 points conduirait à un nouveau test, dans un premier temps, de la forte zone de résistance des 4130 points avant un retour vers le seuil majeur des 4605 points. Mais on en est encore loin croyez-moi !

 

Et en termes de stratégies : comment s’en sortir ?

Il existe de nombreux moyens de jouer la baisse en Bourse. Je vous le répète assez souvent. Celui sur lequel je me suis spécialisé se porte encore une fois à merveille, et j’en profite donc pour vous présenter le tableau de performance clôturé sur l’exercice 2011 de ma formule spéciale « 100%CAC » :

Un tableau qui se passe de commentaires !

Aussi, si vous souhaitez profiter de telles recommandations n’hésitez pas à lire notre brochure détaillée afin de bien vous renseigner (notamment sur les risques encourus) et, qui sait par la suite, à nous rejoindre en cliquant ici.

D’ici là, je vous souhaite à nouveau à tous une excellente année 2012 en espérant que les meilleures résolutions viendront de ceux qui ont encore les moyens de faire bouger les choses… dans le bon sens, évidemment !

A bon entendeur…

Marc Dagher

www.daghertrading.com

https://www.dtexpert.com