Bon, eh bien, ça faisait un moment que je ne m’étais pas attardé sur la paire mondiale majeure, sous-jacent le plus traité dans le monde, à savoir : l’EUR/USD !

A l’heure où la Grèce pleure (mais pas parce qu’elle joue ce soir contre la Pologne), ou l’Espagne saigne (mais pas parce qu’elle joue dimanche contre l’Italie, ni parce qu’elle aura un représentant en finale de Roland Garros quoiqu’il advienne), où l’Italie elle-même souffre (etc.) et où la France doit se ressaisir en dépit d’un changement d’orientation politique, on peut dire que la fragilité de la Zone Euro est à son comble.

Le véritable arbitre est donc outre-Rhin. Et l’AFP nous apprend hier que « la chancelière Angela Merkel, qui recevait jeudi son homologue britannique David Cameron, a plaidé pour un chantier européen de longue haleine en vue de construire une Europe politique renforcée, alors que ses partenaires réclament instamment des solutions immédiates. »

Passons maintenant à la partie technique, images à l’appui…

 

Un beau « drapeau » de consolidation sur le long terme…

Sur ce graphique en base hebdomadaire, on voit très distinctement comment, après une forte impulsion haussière en cinq temps traditionnels et depuis juillet 2008, les cours sont venus s’inscrire au sein d’un large flag correctif (« drapeau » en VF).

Nous nous attarderons plus en détails sur ce drapeau, mais il semblait intéressant d’observer, dans un premier temps, ce schéma de plus long terme pour savoir où nous en sommes globalement d’un point de vue graphique.

Et sur le plus court terme ?

Sur ce graphique en base quotidienne maintenant, nous pouvons détailler un peu mieux ce flag, et même proposer un décompte plausible.

On remarquera, depuis le dernier sommet (annoté « X? » ci-dessus), à la fois une forte oblique de résistance baissière en place et à la fois le signal négatif induit par la rupture du triangle de consolidation.

Pour l’heure, c’est le dernier overlap situé autour des 1,2640 qui nous intéresse, puisque c’est lui qui vient à nouveau de bloquer le léger rebond de l’euro (comme vous pouvez le voir dans le cercle bleuté).

Enfin, du côté des indicateurs, un rapide back-testing nous montre qu’il ne faut pas se fier au rebond du RSI sur sa zone de survente.

Quel est notre pronostic ?

Tant que notre résistance clé théorique située sur l’overlap des 1,2640 n’est pas nettement dépassée, viser de nouveaux plus-bas avec, après le test des plus-bas de juin 2010 autour des 1,1900, une dégringolade vers d’assez nets objectifs de projection avec un euro qui vaudra alors 1,1670 dollar.

Alternativement en revanche, la franche cassure de la résistance clé à 1,2640 conduirait à une plus nette reprise de l’euro avec la forte probabilité d’atteindre l’objectif suivant sur les 1,3000 dans un premier temps.

Que faire en termes de gestion/stratégie ?

Il semble donc assez intéressant de shorter la paire sur ces niveaux actuels, à savoir se mettre acheteur en dollars et vendeur en euros.

Ces mouvements pourraient bénéficier de bons effets de levier en adaptant sa stratégie via des produits de type turbo. C’est ce que je fais via mon service DT Turbo, avec quelques lignes sur des paires intéressantes, telles que l’EUR/USD bien sûr, mais aussi l’EUR/JPY, le USD/JPY ou encore l’EUR/GBP.

Aussi, si vous souhaitez profiter de recommandations « clé en main » sur de tels produits, n’hésitez pas à lire notre brochure détaillée afin de bien vous renseigner (notamment sur les risques encourus) et, qui sait par la suite, à nous rejoindre en cliquant ici.

A bon entendeur…

Marc Dagher

www.daghertrading.com