Vous n’êtes pas sans le savoir, l’Espagne est en train de voler la triste vedette à nos amis Grecs dans la prochaine faille potentielle de la Zone Euro vers qui tous les regards sont tournés ces derniers temps. Le pays est en pleine récession, et je ne vous apprendrai rien en vous annonçant que les perspectives ne sont pas très encourageantes. Les prévisions de « croissance » sont revues à la baisse tandis que le chômage, lui, ne cesse de progresser avec un taux attendu autour des 24,6% fin 2012 : un espagnol « actif » sur quatre sera donc sans emploi d’ici la fin de l’année : du jamais vu !

C’est donc naturellement une peur qui règne chez nos voisins méridionaux et c’est tout un peuple qui se fragilise devant la réalité d’une situation on ne peut plus difficile.

Par ailleurs, le gouvernement freine quant à une éventuelle demande d’aide globale pour son économie de peur vraisemblablement de devoir subir de ce fait de nouvelles conditions drastiques.

En effet, les taux d’emprunt flambaient il y a plusieurs semaines, mais ils se sont fortement détendus grâce aux mesures annoncées par la BCE début septembre.

En outre, la zone euro a lancé officiellement lundi sa principale arme anticrise, le Mécanisme Européen de Stabilité (MES) de 500 milliards d’euros. Réunis à Luxembourg, les ministres des Finances des 17, par ailleurs gouverneurs du MES, ont signé l’acte de naissance de cet instrument financier.

« Le lancement du MES constitue une étape historique dans la construction de l’Union monétaire, la zone euro est désormais pourvue d’un pare-feu permanent et efficace », s’est félicité le chef de file de l’Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, lors d’une conférence de presse.

Les agences d’évaluation financière Fitch et Moody’s ont attribué au MES la note triple A, la plus élevée, qui permet d’emprunter sur les marchés aux meilleurs taux.

Reste donc à savoir jusqu’où tout ça pourra-t-il encore nous mener ? Et c’est une réponse en image que je vous suggère ci-dessous…

 

 

Sous de fortes résistances…

Que voit-on sur cette vue d’ensemble sur l’indice phare de nos voisins Ibères ?

  • Tout d’abord, on voit bien que depuis les sommets historiques de novembre 2007, l’indice espagnol est en proie à une oblique de résistance baissière qui passe aujourd’hui autour des 9000 points. Zone qui a très bien contenu les pressions acheteuses fin 2011.
  • Ensuite, on remarque très distinctement que les phases de consolidation dans la baisse actuelle se font sous forme de triangles, soit des figures de continuation ; une telle observation plaide donc pour la poursuite du mouvement baissier malgré l’intensité du rebond actuel.
  • Enfin, on peut noter que depuis la grande phase baissière le RSI a bien du mal à dépasser sa zone de sur-achat autour des 70% ; zone qui vient à nouveau d’être testée et de résister.

On déduit donc de cette vue d’ensemble que les choses ne vont pas pour le mieux non plus en pays catalan et qu’il va falloir rester très prudent quant à l’avenir de l’évolution des marchés indices/actions pour le moment et pour encore quelques temps.

 

Quels sont donc les niveaux à surveiller ?

Tant que le fameux seuil de soutien psychologique des 9000 points ne sera pas nettement dépassé, une nette reprise baissière devrait avoir lieu avec, en ligne de mire, un premier objectif vers le seuil clé des 7000 points (retracement de Fibonacci de 50% du rebond actuel) puis jusqu’à l’imposant double bottom situé sur le palier des 6000 points en extension.

Alternativement cependant, le passage au-dessus de ce point pivot des 9000 points engendrerait une plus nette reprise haussière avec un retour très probable sur le palier psychologique suivant des 10000 points.

 

Stratégiquement, comment faire ?

De très nombreux moyens sont mis à dispositions des investisseurs qui désirent profiter des fluctuations des cours de l’Ibex : mandats, certificats, warrants, CFD, etc.

Pour ma part, et vous le savez sans aucun doute, je travaille via des turbos et si l’Ibex reste un sous-jacent indisponible sur ce type de produit, nous pouvons très bien jouer sur son grand frère, l’Eurostoxx 50, cousin germain du CAC également.

Voici d’ailleurs à ce sujet le tableau de performance de notre formule « Classic » dans laquelle vous pourrez trouver parfois des conseils sur un turbo Eurostoxx :

Aussi, si vous souhaitez profiter de nos recommandations sur l’Eurostoxx 50 (entre autres sous-jacents) et bénéficier vous aussi d’un effet de levier intéressant, n’hésitez pas à lire notre brochure détaillée afin de bien vous renseigner (notamment sur les risques encourus) et, qui sait par la suite, à nous rejoindre notre service de recommandations DT Turbo.

A bon entendeur…

 

 

Marc Dagher

www.daghertrading.com

https://www.dtexpert.com