« Deux nations divisées par une langue commune ». C’est ainsi qu’on a un jour décrit la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. Pour dire les choses autrement, ce sont « deux nations divisées par une politique commune ». Depuis l’époque de Margaret Thatcher et Ronald Reagan, les trajectoires politiques des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne ont été curieusement similaires. Durant de nombreuses années, elles ont évolué en tandem: l’harmonieuse union de centre-droit de Thatcher et de Reagan a été suivi de la tout aussi harmonieuse – quoique peut-être moins partisane – union de centre-gauche de Tony Blair et Bill Clinton.

Puis il y a eu l’époque Blair-Bush, qui s’est plutôt mal soldée pour Blair, avant la transition Brown-Obama, qui se parlaient à peine. Et maintenant le duo Cameron-Obama qui vient entériner le postulat de base qui dit que les débats politiques transatlantiques se caractérisent par un net manque d’harmonie.

D’un point de vue conjoncturel, John Boehner, actuel président républicain de la Chambre des représentants américaine a annoncé hier avoir bon espoir d’aboutir à un accord budgétaire avec le camp démocrate, mené par Barack Obama. Selon M. Boehner, son parti est disposé à discuter des recettes fiscales si les démocrates lâchent du lest autour des réductions des dépenses. Plus de 600 milliards de dollars de hausses d’impôts et de dépenses doivent se déclencher automatiquement en janvier 2013. Sans réel consensus entre les deux camps rivaux d’ici la fin de l’année, la récession aux Etats-Unis serait alors inévitable. Cet enjeu majeur aux yeux des investisseurs, et notamment des cambistes, a vite remplacé la résolution du niveau d’endettement grec sur le long terme. Hier, des deux côtés de l’Atlantique, les Bourses ont effacé la quasi-totalité de leurs pertes en quelques minutes suite aux déclarations de John Boehner, preuve que les marchés sont particulièrement sensibles aux déclarations faites autour de ce sujet.

(…)

Il y a un peu plus d’un an maintenant, je publiais une analyse sur le GBP/USD en anticipant déjà l’éventualité d’un triangle. Il était donc temps de venir actualiser tout ça et de constater ensemble que cette anticipation tient toujours la route.

Un triangle en bout de course…

Qu’observe-t-on de façon assez évidente sur ce graphique ?

  • D’abord, que depuis les sommets historiques de novembre 2007, les cours ont subi une très forte chute, perdant plus de 35% en faveur du billet vert début 2009.
  • Ensuite, que depuis cette forte vague baissière, les cours temporisent, dessinant de toute évidence un triangle correctif.
  • Enfin, que ledit triangle est désormais en bout de course, ce qui augure d’un verdict très proche désormais.

Ainsi, le b-a-ba de l’analyse technique semble prôner ici pour une reprise de la chute et donc pour une nouvelle dépréciation de la livre face au dollar. Nous rappelons ici en effet que le triangle est l’une des principales figures de l’analyse chartiste appelée « figure de continuation », ce qui signifie, comme son nom l’indique, qu’on sort d’une telle figure avec la même tendance qu’on avait en y entrant. Vous pouvez à cet effet retrouver mon interview sur le dernier Salon du Trading où je parlais justement de ces figures de continuation.

Reste donc juste à valider notre hypothèse du triangle et ça ne devrait plus prendre très longtemps, comme le montre le goulot d’étranglement de la fin de figure.

Rappelons au demeurant que la théorie du triangle indique bien que celui-ci doit prendre place en 5 vagues usuellement annotées a, b, c, d, e (comme sur le schéma ci-dessus) et nous serions donc ici en train de terminer la cinquième et dernière vague.

Quel est notre pronostic ?

Celui-ci est, finalement, assez simple à faire, au regard de ce que nous avons vu précédemment : fin d’un grand rebond en triangle et, à suivre normalement, reprise importante de la chute initiée il y a cinq ans, en novembre 2007.

Aussi, après un nouveau et dernier test de la borne supérieure dudit triangle située autour des 1,6200 et tant que notre résistance clé théorique située sur le palier des 1,7000 n’est pas nettement dépassée, viser de nouveaux plus-bas. Après le test de la forte oblique de support ascendante correspondant à la borne inférieure du triangle et située autour des 1,5760, une dégringolade vers d’assez nets objectifs est attendue. Un retour sur le seuil en double bottom des 1,3685 est fort probable, à confirmer toutefois en enfonçant le seuil de soutien intermédiaire sur les 1,5000. Sur le plus long terme alors, la franche cassure des 1,3685 conduirait vraisemblablement à un test du palier de support suivant situé sur les 1,2000.

Alternativement en revanche, le dépassement de la résistance clé à 1,7000 conduirait à une plus forte reprise de la livre en direction des 1,8560 dans un premier temps.

Que faire en termes de gestion/stratégie ?

Idéalement attendre la validation de l’hypothèse du triangle. Si un proche retournement devait avoir lieu alors, ne pas trop hésiter à se mettre long USD et short GBP. On peut entrer soit par anticipation soit sur validation des 1,5760. On visera dans un premier temps alors le seuil des 1,5000 avant de pouvoir atteindre dans un second temps l’objectif privilégié sur les 1,3685.

Ces mouvements pourraient bénéficier de bons effets de levier en adaptant sa stratégie via des produits de type turbo. En effet, certains émetteurs proposent des produits tout à fait adaptés à ce scénario : par exemple le turbo illimité BEST Put 2T21Z avec un effet de levier d’environ x12 et une barrière juste au-dessus des fameux 1,7000.

Aussi, si vous souhaitez profiter de nos recommandations sur le Forex (entre autres sous-jacents) et bénéficier vous aussi d’un effet de levier intéressant, n’hésitez pas à lire notre brochure détaillée afin de bien vous et, qui sait par la suite, à rejoindre notre service de recommandations DT Turbo dont voici les performances actualisées récemment, formule par formule :

A bon entendeur…

Marc Dagher

www.daghertrading.com

https://www.dtexpert.com