Comme vous le savez probablement, l’euro/dollar (ou EUR/USD) fluctue essentiellement suivant la santé de la première économie mondiale, les nouvelles économiques issues des différents pays de la Zone Euro et les politiques menées par la Réserve fédérale américaine (FED) ainsi que la Banque centrale européenne (BCE). Les semaines passées ayant été riches en informations et la situation graphique étant attrayante, nous avons pensé qu’il était temps de se pencher à nouveau sur cet instrument.

Tout d’abord, jeudi 06 mars dernier, Mario Draghi, le président de la BCE, déclarait lors d’une conférence de presse que les taux seraient maintenus à leur plus bas niveau, à savoir : 0,25% pour le taux de refinancement, 0% pour le taux de dépôt et 0,75% en ce qui concerne le taux de prêt marginal.

Cette décision était attendue par un grand nombre d’analystes et aucune autre mesure n’a été annoncée pour appuyer la reprise fébrile de la zone euro. Mario Draghi estime que l’Europe n’a pas besoin d’aide actuellement et que son scénario de base a été confirmé. Il a cependant avoué que le niveau d’inflation actuel, soit 0,8%, constituait un niveau dangereux. En effet, une inflation trop élevée est préjudiciable pour l’économie, mais un niveau trop bas peut l’être tout autant.

Dans la même semaine, les Etats-Unis ont publiés les chiffres de l’emploi américain qui contre toute attente, ont dépassé les estimations. En effet, 175.000 emplois non agricoles ont été créés contre 149.000 créations anticipées par le consensus des économistes.

Enfin les tensions entre la Russie et l’Ukraine n’arrangent guère les choses car cette crise pourrait avoir un impact important sur l’économie russe mais également sur les économies des pays européens, notamment en matière d’énergie, secteur dans lequel la Russie occupe une place prépondérante. Il est néanmoins trop tôt pour évaluer l’ampleur de cet impact.

Tous ces éléments contribuent à une appréciation forte de l’euro face au dollar qui est revenu taquiner le palier des 1,4000, niveau qui n’a plus été atteint depuis le quatrième trimestre 2011. Nombreuses sont les entreprises françaises qui souffrent de cette appréciation, en dépit de leur forte exposition aux monnaies étrangères.

(…)

Maintenant, il est temps de se pencher sur un autre aspect très important et qui constitue le cœur de notre métier, à savoir l’étude graphique de la paire mondiale majeure…

Une forte résistance majeure sous pression !

 DT_NL_140315_EURUSD

On le sait désormais, les cours de l’euro/dollar sont enfermés au sein d’un large canal de consolidation légèrement baissier depuis les sommets de l’été 2008.

Les fluctuations à l’intérieur de ce large canal sont très difficiles à anticiper, quand bien même il arrive que la paire réponde à des théories graphiques elliottistes, comme le montrent certains décomptes indiqués ci-dessus.

L’alternance des mouvements baissiers et haussiers assez significatifs reste néanmoins très difficile à gérer et ce n’est pas une paire sur laquelle le trading est de tout repos.

Le point qui nous intéresse aujourd’hui est la présence d’une très forte zone de résistance sous pression actuellement, située autour du seuil clé des 1,4000 dollar.

Cette zone correspond en effet à la borne de résistance supérieure du très large canal de consolidation précité, en place depuis l’été 2008, mais également à celle d’un autre canal de plus court terme, légèrement ascendant lui, et qui avait été initié sur les plus-bas de novembre 2012 (en bleu marine sur le graphique ci-dessus).

 

Parenthèse intéressante…

Vous le savez, l’évolution de notre cher CAC national est parfois très corrélé à celle de la paire mondiale majeure. Or, il est intéressant de souligner ici que l’indice phare de la place parisienne vient lui aussi de se confronter à la forte borne supérieure d’un large canal ascendant au sein duquel il évolue depuis septembre 2011. Pour l’instant, cette résistance a joué son rôle puisque le CAC en particulier et les indices en général se sont retournés à nouveau à la baisse.

On fera donc très attention, et c’est une des raisons pour lesquelles nous avons finalement décidé d’opter pour l’hypothèse baissière, soit celle en faveur d’une reprise du dollar face à son acolyte européen.

Pronostic et niveaux à surveiller à court-moyen terme

D’après ce qu’on vient de voir, tant que le point pivot des 1,4000 n’est pas nettement dépassé, les cours pourraient se retourner en faveur du dollar. Aussi, après validation de la cassure du support intermédiaire située sur 1,3650, nous pouvons dans un premier temps viser l’objectif suivant des 1,3145 (fort overlap de septembre/octobre 2012). Par la suite, sur le plus long terme, il faudra vraisemblablement rester plus circonspect. Une chute plus sévère en direction de la borne inférieure du fameux large canal pourrait cependant avoir lieu.

Alternativement cependant, le dépassement des 1,4400 serait de mauvais augure pour notre scénario et il faudra alors revoir notre analyse avec une possibilité de reprise bien plus importante en faveur de la monnaie unique européenne en direction de la zone des 1,4465 dans un premier temps.

Stratégiquement, comment faire ?

Il existe de nombreux moyens de jouer les mouvements de hausse ou de baisse en Bourse. Vous le savez désormais très bien, celui sur lequel nous nous sommes spécialisés se tourne vers les turbos, produits dérivés à fort effet de levier, qui s’adaptent extrêmement bien aux principes de l’analyse technique grâce à leur principale caractéristique : à savoir la barrière désactivante. Vous pouvez, à ce sujet, lire ou relire notre « dossier spécial turbos ».

De plus, il existe de très nombreux turbos permettant d’intervenir sur l’EURUSD avec un choix de barrières offrant une palette d’effets de levier fort intéressante. Par ailleurs, sachez que DT Turbo, en étroite collaboration avec les émetteurs, a désormais la possibilité d’obtenir des turbos sur commande, avec un délai de 24 heures seulement !

Autant vous dire que le test de cette zone de résistance va nous permettre de nous positionner très bientôt avec un degré de conviction qui nous offrira un excellent ratio de risk/reward (ou risque/rendement en VF).

Pour l’heure, laissez-nous vous présenter les bilans 2013 mis à jour de chacune de nos trois formules de notre service de conseils clés en main DT Turbo :

 DTT_BILANS 2013

Des tableaux qui se passent de commentaires !

Nous rappelons d’ailleurs à ce sujet que nous affichons en permanence et en toute transparence ces performances sur la page d’accueil de notre site Dagher Trading.

Aussi, si vous souhaitez profiter de telles recommandations n’hésitez pas à lire notre brochure détaillée afin de bien vous renseigner (notamment sur les risques encourus) et, qui sait par la suite, à nous rejoindre en cliquant ici.

Nous vous remercions par ailleurs de votre confiance renouvelée et ferons tout pour continuer à vous satisfaire.

A bon entendeur…

Marc Dagher

www.daghertrading.com

https://www.dtexpert.com