ArcelorMittal, géant mondial de la sidérurgie, est né en 2006 de l’OPA de Mittal Steel Company sur Arcelor. Le groupe fournit en acier une multitude d’entreprises à travers le monde dans les secteurs de l’automobile, de l’électroménager, de l’emballage et de la construction.

Cette année, le sidérurgiste table sur un chiffre d’affaires de plus de 60 milliards d’euros malgré un niveau d’endettement record dans son secteur d’activité (18,5 milliards fin mars 2014). Sa capitalisation boursière n’a cessé de décroître depuis 2008. En effet, l’anticipation d’une nouvelle opération de refinancement par fonds propres, et donc d’une diminution du bénéfice net par action, a fait fondre le cours boursier du groupe. L’action ayant en effet chuté de plus de 85% entre les plus-hauts de 2008 et les plus-bas de 2013.

Le groupe cherche à se désendetter et ArcelorMittal engage alors une politique de désinvestissement et de réduction des coûts pour limiter l’impact du surendettement sur le résultat net. Mais cette nouvelle politique implique entre autre la fermeture de plusieurs usines jugées trop couteuses en Europe de l’Ouest. Ces fermetures sont à l’origine de plusieurs vagues de contestations et de conflits sociaux notamment en France. Ainsi le site des hauts fourneaux de Florange, jugé viable et rentable par les autorités publiques, s’est vu fermé pour sa « faible capacité productive rapportée aux coûts fixes », et sa « distance avec Rotterdam », l’épicentre logistique du groupe.

En France, l’image du groupe est alors dégradée, et les investisseurs français particuliers boudent le titre.

A plus court terme, les résultats du premier trimestre 2014 du groupe ressortent supérieurs aux attentes. ArcelorMittal confirme ses objectifs annuels et son endettement ne devrait plus être rapporté qu’à hauteur de 15 milliards d’euros d’ici la fin de l’année.

Depuis plusieurs années, la demande globale en acier est en net recul, mais une reprise pourrait bel et bien s’amorcer en 2014. Le carnet de commandes européen d’Arcelor dans le secteur de l’automobile gagne en volume. Le groupe confirme ainsi des prévisions, préalablement jugées optimistes, sur une reprise de la consommation, et valide un scénario de croissance à moyen terme.

ArcelorMittal a sous-performé l’indice FTSE 300 au cours des trois premiers mois de cette année 2014, le groupe ayant pâti de la baisse des prix de l’acier (notamment aux Etats-Unis) et du recul du prix du minerai de fer qui a pesé sur son activité Mines en rapide développement. Nous pensons que la combinaison d’améliorations structurelles dans le secteur de l’acier, d’une vision trop pessimiste de l’évolution actuelle des prix et des initiatives sous-estimées du groupe devrait aboutir à des résultats supérieurs aux attentes des investisseurs. A court terme, nous anticipons une forte hausse de la demande de tôles d’acier aux Etats-Unis, compte tenu d’une demande réfrénée du fait de l’hiver rigoureux. Cette évolution devrait aider les aciéristes américains à accroître leurs prix de vente. Nous prévoyons également un rebond du prix du minerai de fer dans les semaines/mois à venir.

Maintenant, il nous paraît intéressant de voir ce que l’étude graphique nous apprend…

Une sortie de triangle de long terme de très bon augure !

 DT_NL_140602_MITTAL

Que peut-on voir sur ce graphique de long terme du titre ArcelorMittal et comment décortiquer ensemble chaque phase d’évolution des cours de façon pertinente ?

  • D’octobre 2001 à juin 2008 : on observe aisément une phase haussière qui a pris place en cinq temps distincts traditionnels et répondant assez proprement à de nombreux critères techniques (vague 2 en drapeau, vague 3 impulsive, vague 5 hésitante…).
  • De juin 2008 à octobre 2013 : on remarque de façon très flagrante que les cours se sont retrouvés enfermés dans un large triangle dont les bases supérieure et inférieure ont servi à de très nombreuses reprises et à tour de rôle de points d’appui ou de barrage (comme l’indiquent les flèches vertes et rouges).
  • Depuis octobre 2013 : la sortie haussière de cette large figure et, depuis, quelques hésitations mais rien d’alarmant.

C’est donc surtout à la faveur de ce dernier événement technique majeur que nous nous sommes intéressés à ce titre qui devrait ainsi théoriquement bénéficier d’un très fort capital d’appréciation dans les mois à venir.

Pronostic et niveaux à surveiller

Sans écarter une légère poursuite de la consolidation actuelle et tant que notre point pivot situé sur les 8,85 euros (pullback de la borne supérieure du triangle) n’est pas nettement enfoncé, une reprise haussière est donc attendue en direction de l’objectif de moyen terme situé sur la zone d’overlap des 19 euros. Le dépassement de ce premier niveau clé conduirait tout droit à la borne de majeure des 30 euros.

Alternativement en revanche, la franche cassure des 8,85 euros conduirait à une plus large détérioration et nous aurons alors l’occasion de refaire un point sur notre analyse.

 

Strategy-box (R/R = Risk/Reward)

  DT_NL_140602_MITTAL_BOX

 

Stratégiquement, comment faire ?

Il existe de nombreux moyens de jouer les mouvements de hausse ou de baisse en Bourse. Vous le savez désormais très bien, celui sur lequel nous nous sommes spécialisés se tourne vers les turbos, produits dérivés à fort effet de levier, qui s’adaptent extrêmement bien aux principes de l’analyse technique grâce à leur principale caractéristique : à savoir la barrière désactivante. Vous pouvez, à ce sujet, lire ou relire notre « dossier spécial turbos ».

De plus, il existe de nombreux turbos permettant d’intervenir à la hausse sur le titre ArcelorMittal. Par ailleurs, sachez que DT Turbo, en étroite collaboration avec les émetteurs en question, a désormais la possibilité d’obtenir des turbos sur commande, avec un délai de 24 heures seulement !

Pour l’heure, laissez-nous vous présenter les bilans 2013/2014 de chacune de nos trois formules de notre service de conseils clés en main DT Turbo :

 DTT_BILANS 2014

Des tableaux qui se passent de commentaires !

Nous rappelons d’ailleurs à ce sujet que nous affichons en permanence et en toute transparence ces performances sur la page d’accueil de notre site Dagher Trading.

Aussi, si vous souhaitez profiter de telles recommandations n’hésitez pas à lire notre brochure détaillée afin de bien vous renseigner (notamment sur les risques encourus) et, qui sait par la suite, à nous rejoindre en cliquant ici.

Nous vous remercions par ailleurs de votre confiance renouvelée et ferons tout pour continuer à vous satisfaire.

A bon entendeur…

Marc Dagher, avec l’aide d’Elie Cohen

www.daghertrading.com

https://www.dtexpert.com

Suivez-nous sur Twitter : @daghertrading