Malgré une année 2015 difficile, marquée par la baisse du pétrole et des ressources énergétiques fossiles de manière générale, Total ne se laisse pas aller, loin de là. Le groupe continue en effet d’investir : non pas dans de nouvelles techniques de forage ou dans de nouvelles plateformes offshore, mais dans les énergies vertes.

L’entreprise française vient de lancer une OPA amicale de 950 millions d’euros sur SAFT (fabricant français de batterie, leader mondial de son secteur) soit 36,50 euros par action. Le conseil de surveillance a par ailleurs approuvé ce rachat à l’unanimité ; ainsi, il ne manque plus que la validation par l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) pour finaliser cette démarche. Celle-ci s’inscrit dans la nouvelle politique de Total visant à se diversifier et à augmenter ses capacités de productions d’énergies renouvelables. Pour appuyer cette vision novatrice de l’entreprise, le P-DG de Total, Patrick Pouyanné, avait déclaré en avril dernier : « Le XXIème siècle sera électrique ». Le géant français avait déjà initié ce virage en devenant l’un des principaux actionnaires de l’entreprise Américaine SunPower en 2011. Il est aussi devenu l’un des premiers producteurs d’énergie renouvelable au monde.

L’acquisition de SAFT aidera le géant pétrolier dans l’utilisation et le remplacement des batteries indispensables au fonctionnement des plateformes d’extraction de pétrole offshore. Pour Patrick Pouyanné : « L’adossement de SAFT Groupe à Total permettra à SAFT de devenir le fer de lance du groupe dans le secteur du stockage d’électricité ».

Cependant, c’est au même moment que le leader pétrolier français a décidé de diminuer sa présence dans la chimie avec la mise en vente de la société allemande Atotech. Cela marque encore la politique de réorganisation de Total. De plus, Patrick Pouyanné a soutenu cette vente en expliquant que « le métier d’Atotech ne s’inscrit plus dans la vision stratégique du groupe ». Depuis plusieurs années, Total a choisi de se délester de ses activités en chimie, non compatibles avec la politique stratégique du groupe tournée vers le développement d’énergies vertes.

Ainsi, en quelques années, le groupe a-t-il arrêté la production d’engrais, de matériaux composites et d’adhésifs. En février 2015, Total avait par exemple finalisé la vente de sa filiale Bostik (leader mondial de l’adhésif) à un autre groupe français: Arkema pour la somme de 1,74 milliard d’euros.

DT_NL_160525_TOTAL_CHIFFRES CLES

Pour finir, malgré une conjoncture sectorielle compliqué pour la major française, elle met en place une politique de diversification de son activité pour peut-être un jour devenir une major de l’énergie renouvelable.

Décollage haussier ou poursuite du drapeau ?

DT_NL_160525_TOTAL

Que pouvons-nous remarquer sur ce graphique des cours de l’action Total pris en base journalière sur les dix dernières années ?

Dans un premier temps, qu’après la fameuse crise de 2007/2008 (initiée par le scandale des subprimes), les cours ont eu du mal à se reprendre, trouvant même une zone de résistance majeure sur une oblique très légèrement ascendante, et passant autour des 34 euros ; oblique qui a contenu les pressions acheteuses à 6 reprises entre janvier 2010 et juin 2013, pour finir par céder courant juillet, et ouvrant ainsi la voie à une accélération haussière qui a vu les cours atteindre des plus-hauts historiques juste au-dessus des 50 euros en juin 2014.

Dès lors, depuis ce record de juin 2014, les cours sont entrés dans une phase de consolidation légèrement descendante inscrite au sein d’un large flag (drapeau en VF) sans véritable tendance et avec une alternance assez rigoureuse des vagues de hausse et de baisse.

C’est donc à la faveur de l’approche de la borne supérieure de ce flag que nous avons basé notre analyse et que nous avons choisi nos balises techniques…

Quelles sont donc les conséquences d’une telle observation ?

 

Ainsi, le test imminent de la borne supérieure du drapeau va-t-il être très important pour la suite des événements. En effet, tant que cette borne, que nous situerons volontairement sur les 47 euros (pour permettre un éventuel spike) ne sera pas dépassée, une nouvelle vague de baisse pourrait avoir lieu avec un retour envisageable à moyen terme sur le fameux seuil des 34 euros (qui correspondra donc à la fois à la borne inférieure du drapeau et à la fois à l’overlap clé). Scénario à confirmer toutefois sur cassure du support intermédiaire sur les 40 euros.

Alternativement cependant, le net passage au-dessus des 47 euros remettrait en cause notre hypothèse. Ainsi, nous plaçons notre point pivot qui servira également de stop de protection autour de ce niveau. De nouveaux plus-hauts seraient alors à envisager avec, après le test des 50 euros, un premier objectif situé vers les 55 euros.

Comment optimiser sa stratégie en jouant ce scénario ?

Il existe de nombreux moyens de jouer les mouvements de hausse ou de baisse en Bourse. Vous le savez désormais très bien, celui sur lequel nous nous sommes spécialisés se tourne vers les turbos, produits dérivés à fort effet de levier, qui s’adaptent extrêmement bien aux principes de l’analyse technique grâce à leur principale caractéristique : à savoir la barrière désactivante. Vous pouvez, à ce sujet, lire ou relire notre « dossier spécial turbos ».

De plus, il existe chez la plupart des émetteurs des turbos permettant d’intervenir sur ce titre phare du Cac 40. Par ailleurs, sachez que DT Turbo, en étroite collaboration avec les émetteurs en question, a désormais la possibilité d’obtenir des turbos sur commande, avec un délai de 24 heures seulement !

Voici, pour vous convaincre si besoin, le tableau des performances consolidées sur les quatre premières années du service :

Coca6

Des résultats qui se passent de commentaires !

Nous rappelons d’ailleurs à ce sujet que nous affichons en permanence et en toute transparence ces performances sur la page d’accueil de notre site Dagher Trading.

Aussi, si vous souhaitez profiter de telles recommandations n’hésitez pas à lire notre brochure détaillée remise à jour récemment afin de bien vous renseigner (notamment sur les risques encourus) et, qui sait par la suite, à nous rejoindre en cliquant ici.

A bon entendeur…

Marc Dagher, avec l’aide de Baptiste Roda et Thomas Vesperini

info@dtexpert.com

www.dtexpert.com

    @daghertrading

    DT Expert