En tant que leader mondial du marché de solutions tubulaires destinées aux marchés de l’énergie, Vallourec se devait de montrer un visage rassurant aux investisseurs. Dans les années qui ont suivi la crise financière, Vallourec a connu une longue descente aux enfers, allant jusqu’à perdre 95% de sa valeur entre mai 2011 et février dernier. Ces derniers mois, le secteur pétrolier a été particulièrement impacté par les fluctuations du prix du baril, et les acteurs secondaires de ce milieu en subissent logiquement les dommages collatéraux.

Avec l’annonce ce lundi de la fusion de ses entités brésiliennes, Vallourec rassure et présente par la même occasion une opportunité pour les investisseurs. La fusion de ses branches Vallourec Tubos do Brasil (VBR) et de Vallourec & Sumitomo Tubos do Brasil (VSB) a eu un effet très positif. De meilleures installations à sa disposition et une production devenue hautement compétitive sont des atouts dont disposera la nouvelle puissance française du tubulaire au Brésil, baptisée Vallourec Soluções Tubulares do Brasil. Suite à cette fusion, Vallourec gardera un intérêt majoritaire de 84,6% sur la nouvelle entité. Nippon Steel & Sumitomo Metal Corporation (NSSMC) et Sumitomo Corp se partageront respectivement les 15% et 0,4% restants.

Cette réorganisation de l’entreprise arrive après un plan de 2015 qui prévoyait de réduire de 50% les capacités de ses sites européens. Un choix qui n’avait pas forcément plu au marché. Suite à cette annonce, ils avaient lancé une augmentation du capital de la compagnie à hauteur d’un milliard d’euros de manière à réduire les coûts, et pour stimuler leurs investissements. En février 2016, l’entreprise a annoncé un plan de restructuration qui laissait entrevoir un partenariat pour reprendre l’aciérie de Saint-Saulve. C’est en juillet de cette année qu’un accord a été trouvé avec Ascometal, leur garantissant 60% du capital de la société qui chapeaute le site.

dt_nl_161004_vk-illu-1

Parmi ses opportunités, le groupe Vallourec pense à investir dans le marché des éoliennes. Interrogé sur la piste de la diversification, le P-DG de Vallourec, Philippe Crouzet, s’exprime : « Nous explorons de nouveaux territoires, mais c’est très long. Nous sommes dans des métiers très techniques donc l’acceptabilité des nouvelles technologies prend du temps. Nous travaillons par exemple sur des sujets liés au renouvelable. Les ressources en matière d’énergie renouvelable concernent en particulier l’éolien, mais en l’éolien en mer. Il va donc falloir construire des plates-formes pour lesquelles il existe de nombreuses problématiques : par exemple, comment les fixer dans le sol de façon compatible avec l’environnement ? Sur ces sujets-là, nous avons quelques idées, quelques développements. Mais cela n’est pas immédiat. »

 dt_nl_161004_vk-illu-2

La situation de Vallourec semble donc bien s’améliorer après quelques années turbulentes, directement liées à la chute vertigineuse des cours du pétrole à partir de l’été 2014. Ces nouvelles encourageantes semblent donc redonner de l’entrain aux investisseurs qui ont fait part de leur satisfaction à travers ce rebond initié en février dernier et qui a pour le moment permis au titre de doubler sa valeur.

Qu’en est-il de la suite ? Ce rebond va-t-il se confirmer, ou bien céder sa place à une reprise de la tendance baissière ? C’est maintenant et comme à l’accoutumée, ce que nous allons tenté d’analyser en observant le graphique du parapétrolier français.

Rebond technique ou retournement haussier ?

 

  1. GRAPHIQUE DE LONG TERME:

 dt_nl_161004_vk-lt

Que voit-on sur le graphique ci-dessus de ces 20 dernières années ?

  • On y remarque d’abord avant le mois de mars 2003 et durant quelques années une phase sans véritable tendance où le titre semblait se chercher un peu.
  • On y voit ensuite un décollage impétueux et sans appel durant lequel, entre mars 2003 et l’été 2006, les cours ont pris près de 3 000% !
  • Ensuite, on y observe une nouvelle phase d’hésitation, jusqu’en mai 2011, durant laquelle les cours ont fait un aller-retour avec un pic baissier en mars 2009 tout en restant sous une zone de résistance horizontale majeure…
  • Puis, à partir de mai 2011, c’est la fameuse descente aux enfers, qui a vu les cours s’effondrer, appuyés en ça par la chute des cours du pétrole, pour revenir à un niveau qu’ils n’avaient plus vu depuis une quinzaine d’années.
  • On y note enfin et depuis février dernier un rebond solide, qui se dessine au sein d’un triangle dont la sortie imminente annoncera un verdict des plus déterminant quant à l’avenir des cours.

Par ailleurs, un élément technique intéressant est assez rare doit être souligné ici : on a pu matérialiser en bleu ciel trois obliques parallèles qui ont joué un rôle important et restent d’actualité aujourd’hui :

– La première (en partant du bas) était une ancienne oblique de résistance d’avant 2003, sur laquelle les cours sont pourtant venu rebondir en février dernier en pullback !

– La deuxième, qui passe par tous les sommets historiques, correspond à l’oblique de résistance majeure, et forme donc un très large canal avec la première.

– La troisième, qui vient couper en deux ledit canal, a servi de point d’appui au pic baissier de mars 2009 puis à moindre titre en janvier 2015, et fait désormais office de première zone de résistance en overlap.

On a donc pu, dans un premier temps, faire un état des lieux et une revue de long terme de la situation des cours  de Vallourec. Faisons maintenant un zoom sur le plus court terme pour essayer d’en savoir un peu plus…

 

  1. GRAPHIQUE DE MOYEN TERME:

 dt_nl_161004_vk-st

Que voit-on sur le graphique ci-dessus de ces 5 dernières années ?

On voit bien la fameuse descente aux enfers, avec une tentative de rebond en flag (drapeau en bleu foncé ci-dessus) vaine, puis la cassure de l’oblique médiane et l’accélération baissière qui s’ensuivit. Enfin, depuis février dernier, on assiste à un rebond solide qui prend place sous forme d’un triangle. Et du verdict de la sortie de ce triangle va en effet dépendre beaucoup de choses…

Pronostic :

  • Vers le haut: la première résistance clé se situe autour des 5 euros. C’est la balise haussière qu’il nous faudra franchir pour nous positionner à l’achat sur le titre, avec un potentiel technique conséquent puisque, au-dessus de ce seuil majeur, nous avons rendez-vous autour des 9,50 euros (soit un bon de 90% à prévoir).
  • Vers le bas: le premier support clé se situe autour des 3,30 euros. C’est la balise baissière qu’il nous faudra franchir pour nous positionner à la vente sur le titre, avec un potentiel technique conséquent puisque, au-dessous de ce seuil, nous avons rendez-vous autour des 1,90 euro (soit une chute de 42% à prévoir).

Comment optimiser sa stratégie en jouant ce scénario ?

Il existe de nombreux moyens de jouer les mouvements de hausse ou de baisse en Bourse. Vous le savez désormais très bien, celui sur lequel nous nous sommes spécialisés se tourne vers les turbos, produits dérivés à fort effet de levier, qui s’adaptent extrêmement bien aux principes de l’analyse technique grâce à leur principale caractéristique : à savoir la barrière désactivante. Vous pouvez, à ce sujet, lire ou relire notre « dossier spécial turbos ».

De plus, il existe chez tous les émetteurs de nombreux turbos permettant d’intervenir sur la baisse de ce titre phare du secteur parapétrolier. Par ailleurs, sachez que DT Turbo, en étroite collaboration avec les émetteurs en question, a désormais la possibilité d’obtenir des turbos sur commande, avec un délai de 24 heures seulement !

Voici, pour vous convaincre si besoin, le tableau des performances consolidées au 31 août 2016 du service :

dtt_perf-2016_xl

Des résultats qui se passent de commentaires !

Nous rappelons d’ailleurs à ce sujet que nous affichons en permanence et en toute transparence ces performances sur la page d’accueil de notre site Dagher Trading.

Aussi, si vous souhaitez profiter de telles recommandations n’hésitez pas à lire notre brochure détaillée remise à jour récemment afin de bien vous renseigner (notamment sur les risques encourus) et, qui sait par la suite, à nous rejoindre en cliquant ici.

A bon entendeur…

Marc Dagher, avec l’aide de Benjamin Brothier

info@dtexpert.com

www.dtexpert.com

Twitter : @daghertrading

Page Facebook : DT Expert