Suite au ton très protectionniste du G20, l’euro est entré dans une période d’hésitation. Réunis à Baden-Baden en Allemagne, les ministres des finances et les banquiers centraux des plus grandes économies mondiales ont vu les Etats-Unis refuser de répéter cette année, en communiqué de presse, la volonté commune de lutter contre toute forme de protectionnisme. C’est une première qui, si elle ne pèse pas dans l’immédiat sur les changes, freine l’appétit pour le risque sur les marchés actions. Pour rappel, l’euro avait pris soudainement de la hauteur face au dollar au milieu du mois de mars.

En réaction à l’amélioration constante de la santé économique américaine, dans un contexte de relative maîtrise des prix, Janet Yellen, en accord avec le Comité de politique monétaire, a décidé de relever d’un quart de point le principal taux directeur fédéral. Et ce, comme l’anticipait une grande frange des salles des marchés. Là où l’institution s’est montrée une nouvelle fois accommodante, c’est qu’elle n’a pas du tout argumenté en faveur de quatre hausses sur l’ensemble de l’année 2017. Ce qui laisse donc le scénario de deux resserrements supplémentaires (trois au total sur 2017) possibles ; ceci restant crédible comme base de travail pour les allocations d’actifs.

Mais vu sous le prisme des changes, c’est la perspective d’un dollar un peu moins « rémunérateur » face à l’euro qui est à l’origine de ce réajustement sur la paire de devises. Aucun chiffre macroéconomique majeur à l’horizon ne figure à l’agenda à ce jour, avant les élections. Les inscriptions hebdomadaires de fin mars aux allocations chômage aux Etats-Unis, puis une batterie d’indicateurs PMI en zone euro seront de forts déterminants pour les fluctuations prochaines de la paire.

A l’inverse, le dollar n’a pas profité du relèvement des taux de la Fed du 15 mars alors qu’une telle mesure est généralement favorable à la monnaie du pays concerné : le billet vert a interrompu cinq semaines consécutives de hausse face à un panier de devises de référence. De la même façon, le rendement des bons du trésor à deux ans est tombé à 1,31% contre 1,40% avant les annonces de la Fed de ce mois de mars. « Il y a eu un certain nombre de réactions paradoxales sur plusieurs classes d’actifs, qui s’expliquent par la façon dont les investisseurs ont interprété les annonces de la Fed », explique Bernard Aybran, directeur de la multigestion chez Invesco.

 

 

Après la réunion de la Fed et les élections aux Pays-Bas, et à défaut d’un agenda chargé en termes d’indicateurs, l’attention devrait revenir vers les réformes toujours espérées de Donald Trump en matières économique et fiscale et vers l’élection présidentielle en France. L’euro est reparti à la baisse face au dollar après la publication d’un sondage montrant une progression des intentions de vote en faveur de Marine Le Pen pour le premier tour de la présidentielle. Le président de la BCE a voulu rassurer sur les risques politiques pesant sur la zone euro. Au cours de sa conférence de presse du jeudi 16 mars, il a affirmé que la monnaie unique est «irrévocable».

«Irrévocable». C’est le terme que Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne a employé pour qualifier la monnaie unique. À l’issue de la réunion du Conseil des gouverneurs, il donnait son habituelle conférence de presse pour expliquer ses dernières décisions de politique monétaire. À six jours des élections générales aux Pays-Bas et à quarante-cinq jours du premier tour de l’élection présidentielle en France, les journalistes voulaient entendre le gardien de la monnaie unique sur la montée des partis anti-euro. L’éclatement de la zone euro? «Franchement, je ne l’anticipe pas. Il y a des tensions mais rien qui soit grave à ce point», a-t-il déclaré.

Le président de l’institution de Francfort a réaffirmé que l’euro est «le pilier» du marché unique. En substance, il a dit que sans euro, point de marché unique, et sans marché unique, point d’Union européenne. Ce qui ne l’empêche pas de convenir qu’il faut améliorer l’union monétaire, afin de la rendre plus prospère, pour le bénéfice de tous ses habitants. Mario Draghi est-il inquiet de la montée des partis anti-européens? Le président de la BCE s’est montré prudent dans ses réponses, se défendant d’avoir un rôle politique et rappelant que son mandat se borne à assurer « la stabilité des prix ». Pour autant, il a admis que « le risque géopolitique s’est accru ». Mais il visait là davantage le reste du monde que l’Europe.

 

 

Les incertitudes politiques n’empêchent pas la zone euro de dégager des perspectives économiques. Dans ses nouvelles prévisions, la BCE parie sur une croissance de la zone euro de 1,8% cette année, et de 1,7% l’année prochaine. Mario Draghi a relevé sa prévision d’inflation à 1,7% cette année (contre 1,3% précédemment) mais hors énergie, celle-ci ne sera pas suffisamment élevée pour justifier un relèvement rapide des taux d’intérêt. Comme attendu, la BCE n’a pas modifié ses taux ni son programme de rachat d’actifs qui permet d’alimenter la zone euro en liquidité. Ce programme, le QE (Quantitative Easing), sera réduit à partir du mois d’avril à 60 milliards d’euros par mois, contre 80 milliards jusqu’à présent, comme annoncé. Il est toujours prévu que ces rachats se poursuivront au moins jusqu’en décembre 2017, et se prolongeront si nécessaire.

Au cœur du programme économique du Front national, l’abandon de la monnaie unique pourrait entraîner une crise bancaire et financière sans précédent. Alors que l’avance de Marine Le Pen se consolide dans les sondages pour le premier tour de l’élection présidentielle, le débat sur la sortie de la France de l’euro prend de l’ampleur. La principale mesure du programme économique du FN inquiète la grande majorité des experts, qui prédisent une crise majeure sur la dette publique si elle était mise en œuvre, mais aussi une fuite massive des capitaux, ainsi que de graves difficultés pour les banques et des risques pour l’épargne des Français. L’abandon par la France de la monnaie unique porterait également un coup fatal à la zone euro, peut-être même à l’Union européenne. Bien qu’un tel événement reste encore très hypothétique, les grandes entreprises, endettées en euros et très sensibles aux risques de change commencent à évaluer les effets de ce scénario.

 

Une configuration technique totalement erratique…

 

 

Que voit-on sur le graphique ci-dessus sur les dix dernières années ?

Comme on l’avait précédemment depuis les plus-hauts de mai 2014, les cours ont décidé de rester au sein du très large canal légèrement descendant en place depuis l’été 2008. Cependant, la configuration graphique sur cette paire majeure reste difficile à lire. En effet, les zigzags à l’intérieur de ce large canal sont assez hasardeux et seul un probable décompte en « ABCX » nous semble encore tenir la route dans l’état actuel des choses.

Sur du relativement plus court terme, ça fait maintenant deux ans que la paire majeure mondiale ne dessine plus aucune véritable tendance, s’enfermant au sein d’un range plat à l’intérieur duquel elle évolue de façon totalement erratique. Ce qui reflète bien la conjoncture globale tendue, et les politiques des banques centrales qui ne permettent pas de dégager de tendance.

Le violent mouvement baissier de 2014-2015 s’est accentué en pulvérisant des records vieux de 2003, mais la borne inférieure du fameux canal a tenu. Le rebond qui avait été ainsi initié en mars 2015 sur cette forte zone de soutien avait lui-même pris place sous forme de flag (drapeau, en bleu marine sur notre schéma) qui a plus ou moins trouvé un terme au début de cette année 2017.

La question est donc désormais de savoir si l’euro est à-même de retrouver des forces suffisantes pour repartir nettement à la hausse ou si, après un net rebond initié sur les plus-bas vers 1,035 de fin 2016-début 2017.

A suivre donc, et de très près…

 

Pronostic & stratégie

Le swing-move (report de 100%) de la première vague du rebond initié en ce début d’année 2017 offre un objectif majeur autour des 1,1000. Le test de ce niveau semble plus que probable désormais, bien qu’il faille auparavant s’affranchir de l’overlap ce plus court terme situé sur les 1,0870.

A plus moyen terme, tant que cette balise des 1,1000 dollar n’est pas nettement dépassée, nous resterons prudents avec une possibilité de reprise baissière. Il faudra alors évidemment surveiller le seuil des 1,0500 dollar puis celui des 1,0350. L’enfoncement de ces deux soutiens intermédiaires clés conduira tout droit au test de la fameuse parité absolue à 1 euro pour 1 dollar, qui se trouve être en plus au niveau de la borne inférieure du large canal de long terme.

Alternativement cependant, le net passage au-dessus des 1,1000 dollar induirait une possibilité d’accélération plus conséquente en direction du premier objectif situé sur les sommets vers 1,1600 dollar. Seul le franc passage au-dessus de ce niveau ouvrirait à la voie à une nette reprise de la tendance haussière sur la paire.

 

Comment optimiser sa stratégie en jouant ce scénario ?

Il existe divers moyens d’investir sur le marché des changes en Bourse.

Vous connaissez déjà sans doute notre service de conseils clés-en-main DT Turbo, qui vous permet de jouer les devises et qui, d’ailleurs, a su profiter plusieurs reprises déjà de la chute de l’euro face au dollar.

Mais connaissez-vous notre nouveau service de recommandations ? Ce dernier s’appelle DT Forex et vous offrira toute l’expertise et le savoir-faire de DT adapté sur le Forex. N’hésitez donc surtout pas à vous renseigner et consulter notre brochure détaillée en ligne en cliquant ici pour pouvoir profiter de la nouvelle offre spéciale de lancement !

 

Vous hésitez encore ? Regardez les très bons débuts du service :

 

 

En parallèle, laissez-nous vous présenter le bilan de notre service DT Turbo qui affiche sur l’exercice 2017 une performance réelle des plus louables de 80% de conseils gagnants avec une moyenne de +28,20% de gains par conseil, comme vous pouvez le voir ci-après :

Des résultats qui se passent de commentaires !

Nous rappelons d’ailleurs à ce sujet que nous affichons en permanence et en toute transparence ces performances sur la page d’accueil de notre site Dagher Trading.

Aussi, si vous souhaitez profiter de telles recommandations n’hésitez pas à lire notre brochure détaillée afin de bien vous renseigner (notamment sur les risques encourus) et, qui sait par la suite, à nous rejoindre en cliquant ici.

A bon entendeur…

Marc Dagher, avec l’aide de Benjamin Brothier

www.dtexpert.com