Michelin est un fabriquant de pneumatique français qui conçoit et commercialise ses produits pour le marché de l’automobile, des camions, des deux roues, des avions et des engins civils et agricoles. Avec 13,7% du marché en 2015 c’est la deuxième plus grosse entreprise mondiale dans le secteur des pneumatiques derrière le japonais Bridgestone. Michelin propose également des services numériques d’aide à la mobilité et édite des guides touristiques et des guides hôtellerie et restauration. La société mère, la Compagnie générale des établissements Michelin, est une société en commandite par actions. En 2016, Michelin compte 111.700 employés dans 17 pays pour 21,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

A l’automne 2015, le groupe Michelin et Fives se sont associés pour créer Fives Michelin Additive Solutions (FMAS) et devenir un acteur majeur de l’impression 3D Métal. Fives est un groupe français leader mondial de la conception et de la réalisation de machines et lignes de production à haute valeur ajoutée. FMAS compte conquérir le marché de l’impression 3D métallique à grande vitesse. La joint-venture avait annoncé la livraison de ses premières imprimantes pour fin 2016-début 2017. Les délais ont été respectés. Le marché de l’impression 3D prenant son envol (porté par l’amélioration des technologies et la baisse des prix), il a mondialement triplé ces quatre dernières années pour atteindre 4,7 milliards de dollars en 2015, selon une étude de Xerfi. Grâce à la diffusion rapide de la technologie pour la fabrication additive de pièces dans de nombreux secteurs d’activités, le marché de l’impression 3D est promis à une croissance fulgurante de 26% par an sur les trois prochaines années. De quoi porter sa valeur à 15 milliards d’euros en 2020.

La société commune de Fives et Michelin a dévoilé ses ambitions au salon Advanced Manufacturing Meetings de Clermont-Ferrand. Le nouveau spécialiste de l’impression 3D métallique, compte sur 20% de parts de marché d’ici à 10 ans.

 

La technologie a été développée en secret chez Michelin depuis une dizaine d’années, puis a été améliorée par Fives. Le pneumaticien l’utilise pour produire ses pneus CrossClimate et Premier. Certaines petites pièces des moules, celles qui forment les sillons des pneus, sont imprimées en 3D. « Nous avons produit un million de pièces », affirme Vincent Ferreiro. Toutefois, l’industriel avoue ne pas encore être parvenu au stade de la production de masse.

Pour accélérer la croissance de leur joint-venture, Fives et Michelin ne lésinent pas sur les moyens. Un premier programme de 25 millions d’euros a été engagé depuis 2015. « Nous n’hésiterons pas à investir davantage », avance Vincent Ferreiro. Un plan de recrutement est en cours. FMAS compte embaucher 30 personnes supplémentaires dans les 18 prochains mois, et ainsi doubler ses effectifs. Son ambition : devenir le leader mondial de la fabrication additive, elle prévoit même d’installer un site en Asie.

Fives Michelin Additive Solutions n’est pas le seul industriel à s’intéresser au marché de l’impression 3D métallique. En février, Siemens a annoncé un investissement de plus de 20 millions d’euros pour développer cette technologie. Thales imprimera des pièces pour satellites à Casablanca d’ici à 2018, et General Electric imprime en 3D une partie de son turboréacteur.

En 2020, la moitié de la population mondiale accèdera à Internet via un téléphone mobile et 20 milliards d’objets seront connectés. Cette digitalisation rapide, massive, ouvre une nouvelle ère pour les marques. C’est une formidable opportunité de capter les usages de leurs clients en connectant leurs produits, afin de mieux répondre aux attentes et innover.

 

Depuis 15 ans, Michelin multiplie les initiatives dans ce domaine : en acquérant par exemple en 2014 l’entreprise brésilienne Sascar, spécialisée dans les services numériques pour gérer les flottes de poids lourds et ayant 870 salariés, pour 520 millions d’euros dont 80 millions de reprises de dettes. En 2014 également, Michelin acquiert 100% des parts de la société Tyredating SAS qui édite le site de vente de pneus en ligne www.popgom.fr, également présent dans 14 autres pays européens. En 2015 avec l’acquisition pour 68 millions d’euros de Blackcircles.com, le numéro 1 de la vente en ligne de pneus et le rachat de 40 % d’Allopneus Michelin concrétise sa volonté de conquête du digital.

Le e-business est aussi un relai de croissance. Des offres comme Michelin Tire Care, ou celles développées par Michelin Solutions, permettent d’accroître la disponibilité des flottes en anticipant la maintenance, donc de créer de la valeur. Pour mieux servir les flottes, Michelin mise sur la télématique embarquée, l’électronique et le cloud computing, afin de recueillir en temps réel les données des véhicules, d’analyser leurs performances et celles des conducteurs.

« Nous ne pouvons ignorer le mouvement de fond engendré par la transformation numérique. Cette transformation, Michelin veut la maîtriser. » déclare Jean-Dominique Sénard, Président du groupe Michelin depuis 2012. Il dit aussi vouloir faire de Michelin un leader du monde digital.

Maintenant, intéressons-nous comme à l’accoutumée à la partie technique…

 

Deux obliques encadrent nettement les cours

 

 

Que voit-on sur le graphique ci-dessus pris sur la dernière décennie ?

Après la forte chute de juillet 2007 à mars 2009, correspondant à la fameuse crise globale du subprime, et durant laquelle l’action a perdu 78% de sa valeur, on constate un rebond conséquent. Dès lors, l’évolution des cours s’est faite à la hausse, et encadrée très proprement par deux obliques ascendantes : une oblique de support (où l’on peut voir les divers rebonds répétitifs marqués ci-dessus par les flèches vertes) et une oblique de résistance (marquée par les flèches rouges).

Ces deux obliques sont très efficaces. Et assez rares pour être soulignées. Elles ne sont pas tout à fait parallèles, pour dessiner un canal, mais le résultat est finalement le même : ce sont les deux zones clés à surveiller de près.

La dynamique actuelle reste donc haussière, et il se pourrait même que l’oblique de résistance finisse par céder la première…

 

Pronostic & stratégie

Si l’on s’attache à la configuration globale, et à l’évolution des cours depuis le creux de mars 2009, on privilégiera plutôt la hausse. Aussi, à court-moyen terme, tant que l’overlap situé aux alentours de 106 euros n’est pas enfoncé, un test de l’oblique de résistance autour des 129 euros est attendu. Le franchissement de ce niveau induirait alors un potentiel de hausse conséquent avec un premier objectif de projection autour des 150 euros.

Alternativement cependant, la cassure des 106 euros remettrait en cause notre scénario et un retour sur l’overlap suivant, et l’oblique de support à 92 euros serait attendu. Seul le franc passage sous ce dernier niveau remettrait en cause l’hypothèse haussière de fond sur l’évolution des cours de Michelin.

 

Comment optimiser sa stratégie en profitant de cette analyse ?

Il existe de nombreux moyens de jouer les mouvements de hausse ou de baisse en Bourse. Vous le savez désormais très bien, celui sur lequel nous nous sommes spécialisés se tourne vers les turbos, produits dérivés à fort effet de levier, qui s’adaptent extrêmement bien aux principes de l’analyse technique grâce à leur principale caractéristique : à savoir la barrière désactivante. Vous pouvez, à ce sujet, lire ou relire notre « dossier spécial turbos ».

De plus, il existe chez la plupart émetteurs des turbos permettant d’intervenir sur la variation de cette valeur bien connue du Cac 40. Par ailleurs, sachez que DT Turbo, en étroite collaboration avec les émetteurs en question, a désormais la possibilité d’obtenir des turbos sur commande, avec un délai de 24 heures seulement !

Voici, pour vous convaincre si besoin, le tableau des performances consolidées à la fin de ce premier trimestre 2017 du service :

 

Des résultats qui se passent de commentaires !

Nous rappelons d’ailleurs à ce sujet que nous affichons en permanence et en toute transparence ces performances sur la page d’accueil de notre site Dagher Trading.

Aussi, si vous souhaitez profiter de telles recommandations n’hésitez pas à lire notre brochure détaillée afin de bien vous renseigner (notamment sur les risques encourus) et, qui sait par la suite, à nous rejoindre en cliquant ici.

A bon entendeur…

Marc Dagher, avec l’aide de Maxence Delarue

www.dtexpert.com