Le trio majeur des indices américains – Dow Jones, Nasdaq et S&P – s’impose depuis de très nombreuses années comme le véritable symbole de la finance dans le monde entier. En prenant seulement le critère de capitalisation boursière, les marchés américains représentent plus de 44% des capitalisations mondiales. Tout investisseur se doit de comprendre leur composition, mais aussi leur fonctionnement pour pouvoir mieux les analyser. En effet, les trois indices diffèrent beaucoup des indices européens.

 

Dow Jones, le plus vieil indice boursier au monde

Le Dow Jones est le plus vieil indice boursier au monde. Il regroupe trente des plus importantes capitalisations américaines. Sa création remonte en 1896 par les journalistes Charles Dow et Edward Jones. L’indice porte le nom de l’entreprise Dow & Jones formée par ses deux fondateurs en 1882.

Au début de son utilisation, il était calculé comme une moyenne de cours sur douze différentes sociétés, dont neuf étaient des compagnies de chemins de fer. C’est pour cela qu’à l’origine son nom était Dow Jones Industrial Average (DJIA), il se voulait représentatif du secteur industriel américain. Cependant, des douze entreprises d’origine, plus aucune n’est encore présente dans l’indice. Il comprend trente titres du NYSE depuis 1928, parmi lesquels Apple, Microsoft, ExxonMobil, General Electric, Johnson & Johnson, JP Morgan Chase, Pfizer, Procter & Gamble, Walmart ou encore les plus populaires Walt Disney, Coca-Cola, McDonald’s ou Boeing, pour ne citer qu’eux.

A la différence de la plupart des indices boursiers mondiaux, son mode de calcul est assez différent. En effet, le Dow Jones est le résultat d’une pondération par les prix et non par les capitalisations. Par exemple, plus le prix d’une action sera élevé et plus son poids dans l’indice sera important, et inversement.

 

Nasdaq, l’indice de la tech

L’indice américain Nasdaq se rencontre sous deux formes principales différentes. La plus complète, le Nasdaq Composite regroupe près de 2.500 valeurs cotées sur la place boursière du même nom. La plus condensée, le Nasdaq 100, regroupe (comme son nom l’indique) 100 des plus grosses entreprises du secteur. Beaucoup d’investisseurs se réfèrent uniquement au Nasdaq 100 car moins de valeurs y sont présentes et qu’il représente tout de même 85,67% du Composite.

Le Nasdaq est l’acronyme de la National Association of Securities Dealers Automated Quotations, le deuxième plus grand marché d’actions aux États-Unis, juste derrière le New York Stock Exchange (NYSE).

Le Nasdaq Composite a la particularité d’être calculé en prenant l’ensemble des compagnies inscrites au marché d’actions Nasdaq et pas seulement un sous-ensemble d’entreprises, contrairement à nombreux indices dont les nombres de composants sont limité (40 pour le Cac, 30 pour le Dax ou le Dow Jones, 100 pour le Nasdaq 100 ou le FTSE londonien, 225 pour le Nikkei ou encore 500 pour le S&P…).

Il s’impose de plus en plus comme référent sur le marché boursier international car il regroupe en majorité des valeurs de secteurs qui prennent de l’ampleur tels que l’informatique ou encore Internet. En effet, le poids des géants américains ne cesse d’augmenter au fil de ces dernières années. Aujourd’hui, ils représentent une bonne moitié du Nasdaq 100 et environ 20% du S&P 500. Composé en grande parties de valeurs du secteur technologique, l’indice se présente comme particulièrement volatile.

 

Part des GAFAM dans la composition du trio majeur des indices américains

 

S&P 500, le plus représentatif du marché aux Etats-Unis

Le S&P 500 est un indice boursier calculé sur cinq cents grandes entreprises cotées dans les bourses américaines du Nasdaq et NYSE. La création de l’indice remonte au 4 mars 1957. Aujourd’hui, c’est l’entreprise Standard & Poor’s, une grande compagnie de notation financière, qui le possède et a pour fonction de le calculer.

Son calcul est le résultat d’une pondération par capitalisation des cinq cents différentes entreprises. Comme pour le Nasdaq, il existe aussi un indice nommé S&P 100 composé des plus grandes compagnies du S&P 500.

 

Répartition du S&P 500 par différents secteurs

 

Comme le montre le diagramme ci-dessus, les secteurs technologique, de la santé et de la consommation discrétionnaire occupent une place prépondérante au sein du S&P 500.

Alors que le Dow Jones s’imposait comme l’indice le plus utilisé depuis sa création, le S&P 500 a su le devancer et est devenu l’indice le plus représentatif du marché boursier américain. Tout d’abord, car sa valeur prend en compte la capitalisation boursière des entreprises, à la différence du Dow Jones, mais aussi parce qu’il est composé d’un plus grand nombre d’entreprises : 500 vs 30.

 

Quelques chiffres

 Voici un résumé des performances annuelles des 3 principaux indices américains sur les 10 dernières années.

Les indices américains attirent les investisseurs du monde entier au vu de leurs bonnes performances. A noter que le Nasdaq surperforme ses pairs sur 8 des 10 dernières années.