C’est l’âge d’or du gaz abondant et peu polluant, a récemment estimé l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) qui prévoit que la demande va croître de 2,4% par an en moyenne dans les cinq ans qui viennent pour atteindre près de 4.000 milliards en 2018, au grand dam des principaux pays exportateurs de gaz. Ces derniers, au nombre de 17 et concentrant plus de 60% des réserves mondiales de gaz naturel, se sont ainsi donnés rendez-vous lundi 1er juillet, au cours du deuxième sommet du Forum des pays exportateurs de gaz.

A l’instar des pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), ils souhaitent s’unir afin de faire valoir avec plus de poids leurs intérêts et tiennent particulièrement à étouffer les contestations de plus en plus vives, notamment en Europe, au sujet de la prépondérance des contrats à long terme indexés sur les prix du pétrole. L’exploitation des gaz de schistes, amorcée en Amérique du Nord, est, en effet, venue ébranler le marché du gaz en permettant aux Etats-Unis de proposer du gaz en profusion et à bas prix et donc d’apparaître petit à petit comme un concurrent potentiel des géants producteurs gaziers que constituent la Russie ou encore l’Iran. Les  prix du marché du gaz, déjà orientés à la baisse depuis juillet 2008 à cause d’un surplus de stock, s’en trouvent ainsi encore plus tirés vers le bas. Car contrairement à ce que Vladimir Poutine pense, il y a bien une bourse du gaz, en ce moment baissière. Et il ne s’agit pas là d’une image d’Epinal, même si la flambée de vos factures personnelles de gaz semble prouver le contraire…

(…)

Encore plus flagrant que cette actualité, c’est du côté du graphique que la tendance des prix du gaz naturel nous paraît bien plus marquée à la baisse, comme nous allons le voir ensemble dès maintenant…

Un biais baissier encore très marqué

Cours du gaz naturel en USD/million de BTU* :

DT_NL_130702_GAZ

* BTU = British thermal unit, mesure énergétique correspondant à un peu plus de 1 kilojoule.

Un simple coup d’œil sur ce graphique suffit pour constater que la tendance des cours du gaz naturel reste très nettement négative depuis le sommet historique de décembre 2005. En effet, les prix sont inscrits au cœur d’un mouvement de baisse en cinq temps traditionnels qui respecte très scrupuleusement notre théorie elliottiste :

  • Une première vague de baisse assez nette, qui a vu les cours chuter de près de 50% entre décembre 2005 et septembre 2006 pour atteindre le seuil des 10,00.
  • Une deuxième vague de rebond technique classique en ABC qui a vu les cours revenir presque à leur sommet, soit un bon de près de 95%, entre septembre 2006 et juillet 2008.
  • Une troisième vague de baisse très impulsive et de forte amplitude, qui a vu les cours chuter de près de 85% cette fois entre juillet 2008 et avril 2012 pour atteindre le seuil des 3,00.
  • Enfin, une quatrième vague en cours, qui prend place sous la forme d’un flag (drapeau) bien dessiné, et qui devrait donc donner suite à une cinquième vague de baisse : le tout étant donc de savoir à quel moment ? Si notre hypothèse de flag en ABC est juste alors, il ne devrait y avoir qu’un rebond technique intermédiaire limité par la résistance des 4,00 avant la nouvelle chute prévue. Sinon, nous pourrions encore tergiverser au sein dudit drapeau mais le verdict de plus long terme restera très vraisemblablement le même.

Pronostic et niveaux à surveiller à court-moyen terme

D’après tout ce qu’on vient de voir, sans écarter un rebond qui devrait rester limiter par les 4,00 et tant que le point pivot des 4,70 n’est pas nettement dépassé, les cours du gaz naturel devraient reprendre leur dégringolade. Aussi, après validation de la cassure du support intermédiaire sur les 3,00, nous pouvons dans un premier temps viser le pallier suivant des 2,00. Par la suite, sur le plus long terme, il faudra vraisemblablement rester plus circonspect. Le retournement majeur pourrait en effet avoir lieu.

Alternativement cependant, le franc dépassement des 4,70 serait de mauvais augure pour notre scénario et il faudra alors revoir notre analyse avec une possibilité de rebond bien plus importante en direction de la forte résistance des 6,90.

Stratégiquement, comment faire ?

Il existe de nombreux moyens de jouer les mouvements de hausse ou de baisse en Bourse. Vous le savez désormais très bien, celui sur lequel nous nous sommes spécialisés se tourne vers les turbos, produits dérivés à fort effet de levier, qui s’adaptent extrêmement bien aux principes de l’analyse technique grâce à leur principale caractéristique : à savoir la barrière désactivante. Vous pouvez, à ce sujet, lire ou relire notre « dossier spécial turbos ».

De plus, il existe des turbos permettant d’intervenir sur le Gaz Naturel avec, certes, des barrières offrant un effet de levier réduit mais toujours plus pratique et pertinent que de passer par le sous-jacent lui-même.

Pour l’heure, laissez-nous vous présenter les bilans 2013 mis à jour de chacune de nos trois formules de notre service de conseils clés en main DT Turbo :

DTT_BILAN_JUILLET 2013

Des tableaux qui se passent de commentaires !

Nous rappelons d’ailleurs à ce sujet que nous affichons en permanence et en toute transparence ces performances sur la page d’accueil de notre site Dagher Trading et que nous restons le meilleur service de conseils sur turbos en France.

Aussi, si vous souhaitez profiter de telles recommandations n’hésitez pas à lire notre brochure détaillée afin de bien vous renseigner (notamment sur les risques encourus) et, qui sait par la suite, à nous rejoindre en cliquant ici.

Nous vous remercions par ailleurs de votre confiance renouvelée et ferons tout pour continuer à vous satisfaire.

A bon entendeur…

Marc Dagher

www.daghertrading.com

https://www.dtexpert.com